Blog
>
Pickaw nous raconte son expérience avec Karmen

Pickaw nous raconte son expérience avec Karmen

Baptiste Wiel
Baptiste Wiel
Pickaw nous raconte son expérience avec Karmen

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Et ce que fait Pickaw ?

Thomas Reichling, je suis sur Marseille, Président de Pickaw. Pickaw, c’est une plateforme qui permet d’organiser des concours sur les réseaux sociaux (Fb, Twitter, Yt, Instagram) en toute transparence. L’idée est d’aider les créateurs à automatiser les créations des concours et les différentes actions à effectuer pour le concours en toute transparence.

Dans quel contexte avais-tu besoin de financement pour Pickaw ?

J’avais besoin de financement pour l’acquisition d’une entreprise concurrente (Like a Bird) : Pickaw était très jeune (tout juste 3 ans quand on est venus frapper à la porte de Karmen), et j’avais besoin de trésorerie pour continuer à développer l’activité en parallèle de ce rachat. Avec seulement 3 ans d’ancienneté, ce qui est encore très jeune, on n’avait pas forcément de quoi racheter une entreprise, et continuer à évoluer et recruter. 

Quel était le problème avec les autres options de financement que tu avais à disposition ?

Je me suis d’abord tourné vers ma banque, j’ai eu un premier accord oral, puis, quelques semaines plus tard, le discours tourne au cauchemar, ils ne se positionnent plus. À partir de ce moment, je n’ai plus eu aucun accompagnement ni aucun intérêt porté sur mon projet, la banque répondait après 3-4 jours à mes mails et mes appels. C’était une expérience vraiment désagréable.

J’ai ensuite approché d’autres banques qui ont été assez réactives d’abord, mais décevantes par la suite. Après environ 2 semaines d’étude et d’échanges de mails, elles m’annoncent que “les banques ne financent pas ce type d’activités”, j’ai donc été très déçu et frustré. Le temps jouait contre nous : il me restait quelques semaines pour pouvoir me positionner définitivement sur le rachat. 

Puis j’ai trouvé Karmen, et là, l’expérience de financement s'est nettement améliorée. C’était pour moi vraiment la dernière tentative avant de lâcher prise, j’ai cherché une solution de financement alternative en espérant trouver quelque-chose, tout le monde m’aurait pris pour un fou de chercher ça, mais j’ai trouvé. 

Peux-tu nous parler de la mise en place du financement avec Karmen ? 

Je m’en souviens très bien et je pense que je m’en souviendrai toujours. C’était rapide ! J’ai rempli le formulaire Karmen, et j’ai été rappelé immédiatement. On m’a demandé les connexions et documents nécessaires, toute l’équipe a compris mon projet, que j’étais dans l’urgence, et fait le maximum pour passer le dossier en priorité, on a enchaîné les mails et les appels, et en quelques jours j’ai eu une offre de financement, et ça, c’était franchement incroyable. 

Dans une banque classique, il me semble qu’il est impossible de répondre si rapidement à une demande aussi importante.

Comment Karmen a rendu l’acquisition de LikeaBird possible ? 

En fait, aucune banque n’aurait pu se positionner sur un tel montant dans un délai aussi court. Avec le système actuel, elles sont trop procédurières, dans l’ancien temps, donc c’était juste inimaginable. 

Comment vois-tu la suite de la collaboration avec Karmen ?

Ce serait un grand plaisir de refaire confiance à Karmen pour mes sujets de financement, ça s’est très bien passé, et j’aime beaucoup le fonctionnement.

Que dirais-tu à une startup qui cherche une solution de financement rapide pour sa croissance ? 

Je dirais que ce n’est pas un financement pour tout le monde, c’est plutôt pour les startups qui génèrent un MRR assez important, par contre pour celles-ci, je recommande Karmen sans aucune hésitation : c’est une très bonne équipe, réactive et compréhensive !