Accueil
>
Revenue-based-financing
>
Les alternatives à la levée de fonds
Les alternatives à la levée de fonds

Les alternatives à la levée de fonds

Pour créer son entreprise ou générer de la croissance, un chef d’entreprise a généralement besoin de financement. Trouver le financement adéquat pour son entreprise n’est pas aisé. Surtout que les options sont multiples ! On entend beaucoup parler des start-ups qui lèvent des millions. Elles sont au cœur des médias de l’entrepreneuriat français. La levée de fonds est un outil de financement qui permet d’accélérer la croissance d’une start-up, acquérir de la visibilité, embaucher des employés et agrandir son réseau. En contrepartie, une levée de fonds implique une préparation chronophage des porteurs de projet pour démarcher les investisseurs, l’arrivée de nouveaux décisionnaires et une dilution du capital social de l’entreprise. Est-il possible d’éviter la levée de fonds ? Quelles en sont les alternatives ? Le Revenue Based Financing, par exemple, peut être la solution pour débloquer du cash rapidement et sans dilution.

Gabriel Thierry
Gabriel Thierry
Publié le

02

June

2022

June 2, 2022

Mis à jour le

02

June

2022

June 2, 2022

Les inconvénients de la levée de fonds 

La levée de fonds est sacralisée dans la “start-up nation”. Cependant, bien que cette technique de financement permette une croissance rapide, elle comporte bien des désavantages. 

Le principal inconvénient d’une levée de fonds, c’est la dilution du capital social de l’entreprise

Qu’est-ce que cela signifie ? Les porteurs de projets voient leur pourcentage de détention des titres de l’entreprise diminuer après avoir levé des fonds. De nouveaux actionnaires détiennent des parts du capital social de l’entreprise. De plus, le fondateur n’est plus le seul décisionnaire quant à la stratégie de son entreprise. 

Une levée de fonds requiert un temps conséquent de préparation pour les fondateurs : élaboration d’une présentation, démarchage des investisseurs, entraînement aux présentations, nombreux rendez-vous. De plus, malgré les efforts et le temps investis dans la préparation d’une levée de fonds, rien ne garantit qu’elle sera un succès. Heureusement, il existe d’autres options pour lever des fonds. 

Quelles sont les alternatives aux levées de fonds ? 

Voici différents outils de financement qui sont des alternatives à la levée de fonds.

Les alternatives à la levée de fonds

La love money

La love money, ou “capital de proximité” en français est généralement le premier recours pour un début de financement de création d’entreprise. L’entrepreneur sollicite ses proches, famille et amis pour un premier don. Ses donneurs bénéficient de réduction d’impôts et d’exonérations. Ce financement est rapide et non-dilutif, mais nécessite d’avoir un entourage aisé.

Les subventions

En France, l’Etat alloue un budget pour l’aide à la création d’entreprises. Les subventions peuvent prendre différentes formes : aides matérielles, subventions sectorielles, soutiens financiers, allégements sociaux et fiscaux. Plusieurs organismes publics ou privés donnent des subventions pour la création d’entreprises. 

Les principaux organismes sont la Bpifrance, l’URSSAF, la CCI, la CAF, Pôle Emploi et les collectivités territoriales. Notamment la BPI France a mis en place la Bourse French Tech. Cette bourse de 30 000 € est octroyée pour les entreprises à fort potentiel de croissance. Ce financement est non-dilutif et accessible. 

Les prêts d’honneur 

Le prêt d’honneur, non-dilutif et à taux zéro, est un prêt régional, c’est-à-dire financé par la région dans laquelle l’entreprise est implantée. Le receveur s’engage sur l’honneur à rembourser le prêt 3 à 5 ans après réception. Les organismes octroyant des prêts d’honneur sont des associations notamment Réseau Entreprendre, France Initiative et Wilco. Le montant peut atteindre 90 000 €.

Le financement bancaire traditionnel 

Des garanties (hypothèque, caution personnelle) sont nécessaires pour faire un crédit traditionnel à la banque pour un motif de création d’entreprise. Les prêts octroyés sont très peu accessibles et ont un faible montant. Pour des business sans actif tangibles, il est quasi impossible d’obtenir un prêt bancaire traditionnel. Les banques ont des critères limitants pour les entreprises qui n’ont pas déjà trois bilans positifs et n’ont pas levé de fonds au préalable. Ces critères limitent l’accès à un financement des banques pour des entreprises en début de création.

Les campagnes de crowdfunding

Le crowdfunding ou financement participatif repose sur un système de collecte de dons ou de prêts. Via des plateformes telles que Hello Asso, un chef d’entreprise peut demander à un grand nombre de petits investisseurs de participer financièrement à sa création d’entreprise. Cette méthode est adaptée pour des marques et des offres B2C. L’avantage d’une campagne de crowdfunding, c’est qu’elle permet de fédérer une communauté de premiers utilisateurs, dit d’”early adopters”.

Le CIR 

Le CIR (le Crédit d’Impôt Recherche) est une mesure fiscale qui soutient financièrement les entreprises dans leurs activités de recherche et développement (R&D). 

Les Business Angels

Un Business Angel ou « investisseur providentiel » est un indépendant qui investit ses fonds personnels dans une entreprise. Généralement, grâce à leur réseau et leurs expériences, les Business Angel apportent également des conseils au porteur de projet. Le but du Business Angel est de dégager de la plus-value via son investissement en revendant sa participation au bout de 3-5 ans.

La nouvelle alternative innovante aux levées de fonds : le Revenue Based Financing par Karmen !

Une alternative innovante aux levées de fonds

Un autre outil de financement innovant existe pour les porteurs de projet : le Revenue Based Financing.

Ce nouvel outil de financement non-dilutif est de plus en plus préconisé chez les start-ups tech. 

Karmen est la première solution de Revenue Based Financing dédiée aux entreprises à revenus récurrents et Software-as-a-Service (SaaS). Karmen propose des avances de trésorerie, basée sur leurs revenus récurrents, pour accompagner leur croissance de manière non-dilutive

Une solution accessible au plus grand nombre

La mission de Karmen : soutenir la croissance des start-ups SaaS françaises avec une solution de financement 100% non-dilutif, digitalisée, et rapide (en moins de 48 heures !).

Les seules contraintes pour être financé par Karmen sont : 

  • Avoir un historique de commercialisation supérieur à 6 mois.
  • Faire minimum 8 000 € de chiffre d’affaires mensuel stable.

Conclusion 

Il existe de nombreuses alternatives à la levée de fonds : les subventions, la love money, les business angels… Mais tous ces outils comportent des avantages comme des désavantages. Les nouveaux acteurs du Revenue Based Financing, tel que l’offre de Karmen, viennent compléter ce panel d’alternatives avec une offre non-dilutive, digitale et rapide.

Chaque entreprise, selon son business model et son niveau d’avancement a un moyen de financement qui est plus adéquat qu’un autre. Un outil de financement à un moment donné, n’exclut pas l’utilisation d’un autre outil plus tard ! Il est tout à fait possible qu’un porteur de projet commence par des subventions de la BPI, puis complète son investissement avec Karmen et finit par une levée de fonds. Ces options de financement des start-ups sont complémentaires !