Le capital-risque, ou Venture Capital

Définition du Venture Capital

Le capital-risque ou VC, désigne l’injection de capitaux au sein d’une entreprise, via des investisseurs spécialisés. Cela prend la forme d’une prise de participation par des investisseurs au sein des entreprises. 

Il s’agit d’investissements risqués, car incertains quant aux rendements futurs, réalisés par des investisseurs spécialisés dans les entreprises à fort potentiel.

Selon cette définition, les professionnels du capital-risque vont ainsi lever des fonds afin de financer des opérations d’investissements pour des entreprises à fort potentiel, mais ne disposant pas de la trésorerie suffisante pour financer ces investissements

Cette intervention précoce des VCs dans la vie des entreprises établit généralement des partenariats privilégiés de 7 à 10 ans entre l’entreprise bénéficiaire et le fond de capital-risque. Les entreprises de VC facturent généralement à 2 % par an la totalité des fonds levés.

Les avantages des levées de fonds de type VCs

Les entreprises de type VC allouent des moyens de financement importants notamment pour les jeunes entreprises qui n’ont pas fait leurs preuves en termes de marge dégagée. Le recours aux VC est ainsi opportun en phase d’amorçage.

Fait important, le capital fourni par les entreprises de capital-risque ne constitue pas une dette à proprement parler. Les fonds dégagés par une entreprise de VC ont comme garantie des prises de parts dans l’entreprise bénéficiaire.

Une levée de fonds par VC est unique, dans la mesure où elle permet non seulement de lever des fonds nécessaires, mais permet également à d’offrir un soutien d’ordre institutionnel, voire de mentorer une entreprise. 

Selon une étude de 2015 analysant les impacts des VCs sur les entreprises étasuniennes entre 1974 et 2015, près de 63 % des entreprises en bourse seraient soutenues par un fond de type VC.

Les VC apportent donc de la crédibilité à une entreprise au sein de l’écosystème économique. Elles apportent un triple soutien : économique et financier ; institutionnel ; et en termes de crédibilité.

Les inconvénients des levées de fonds de type VCs

Pour compenser la prise de risque des entreprises VCs, une part importante de garanties devra être fournie sous la forme de parts de l’entreprise en demande de capitaux. 

Ainsi, l’impact des VCs à moyen terme est un impact de gouvernance, dans la mesure où cette relation de mentorat peut se transformer en un tutorat… Il s'agit donc d’anticiper le coût futur pour l’entreprise d’une telle perte en termes de gouvernance.

Cet impact sur la gouvernance fait que les capitaux fournis par les VCs sont dilutifs, car ils entraînent une perte de contrôle de l’entreprise. Faire entrer une entreprise de type VC, c’est donc prendre le risque des compromis quant aux stratégies à adopter pour votre entreprise.

En outre, attirer une VC et satisfaire à leurs éventuelles exigences représentent des coûts d’opportunité en termes de temps.

Le RBF ou Revenue Based Financing

Définition 

Le RBF est une forme alternative de financement, où les entreprises paient - en échange de capitaux pour leur croissance - un pourcentage de leurs bénéfices mensuels futurs.

Ainsi, un financement RBF est parfaitement taillé selon les revenus de l’entreprise. La quantité de remboursement fluctue en effet en fonction des bénéfices de cette entreprise.

Les avantages du RBF

Le financement par RBF est notamment très avantageux pour les entreprises digitales. Le RBF est parfaitement adapté pour les phases d’expansion, de croissance, ou encore de montée en gamme.

Le RBF n’est pas dilutif, c’est-à-dire que la gouvernance de l’entreprise n’est pas remise en question par une nouvelle entrée de capital. C’est un mode de financement qui permet de s’émanciper des intrusions éventuelles des entreprises de VC quant à la stratégie de l’entreprise.

Le RBF coûte moins cher que les fonds levés par VC ou « business angels », les retours sur investissement attendus sont moindres.

Le RBF permet de s’aligner sur votre croissance de manière optimale, puisqu’il est dépendant de vos bénéfices. De plus, les investisseurs de type RBF n’attendent pas de collatéraux comme garanties.

Le financement RBF est beaucoup plus rapide à obtenir. Avec Karmen par exemple, les fonds sont disponibles dans les 48 heures.

Les inconvénients du RBF

Contrairement aux VCs, le financement par RBF ne permet pas de lever autant de fonds. Les RBF permettent généralement une levée de fonds de l’ordre de 3 à 5 fois les revenus annuels estimés.

Les financements par RBF impliquent un remboursement mensuel. Cette mensualité est une contrainte à court terme éventuelle pour la trésorerie de l’entreprise. Cette mensualité rend le remboursement également plus lent.

Comment associer RBF et VC ?

Ainsi, RBF et VC s’opposent de trois manières principales :

  • Le RBF est moins dilutif, et le VC est réciproquement plus dilutif

Le RBF n’est pas intrusif au sein de la gouvernance de l’entreprise, alors que le VC entraîne des prises de parts au sein de l’entreprise.

  • Un financement par VC offre une visibilité supplémentaire au sein d’un écosystème économique, ainsi qu’un partenariat potentiel sur le long terme.
  • Un financement par VC permet une levée de fonds plus importante, mais moins rapide que le RBF.
RBF VC
Type de financement Non dilutif Dilutif
Montants alloués Montants variables Montants plus élevés
Durée d'obtention Très rapide (48 heures) Assez longue

Cette opposition entre VC et RBF se structure ainsi en deux aspects :

1)    Quantité et rapidité des levées de fonds

2)    Dilution ou non du capital

Dès lors, comment bénéficier des avantages respectifs des VCs et des RBFs sans subir leurs inconvénients ? Pour cela, il faut miser sur la complémentarité des VCs et des RBFs pour optimiser la croissance de votre entreprise.

Avant de répondre à ces questions, voici un modèle classique des phases de levée de fonds d’une jeune entreprise, comparé à un modèle révisé. Le modèle révisé précède la Série A par un financement RBF, afin de consolider la rentabilité de l’entreprise.

Enchaînement des levées de fonds
Exemple d'utilisation complémentaire des recours aux RBFs et VCs pour encadrer la rentabilisation d'une entreprise (Série A)

En phase d’amorçage

L’objectif de l’association est d’étendre le runway des startups et d’améliorer la crédibilité de l’entreprise pour les entreprises de capital-risque.

Ce modèle permet de visualiser un exemple d’utilisation conjointe de RBF et de VCs. Une levée de fonds type RBF va étendre le runway de l’entreprise entre les premières séries. A une telle phase de croissance, l’entrée d’entreprise de capital-risque au sein de l’entreprise serait trop précoce et diluerait les capitaux.

Réciproquement, un financement par RBF permettrait de consolider la rentabilité de l’entreprise, et donc d’atteindre des KPIs nécessaires aux réquisits des VCs en cas de levée de fonds ultérieure plus importante.

Un recours au RBF peut aussi intervenir lors d’une phase de croissance agressive et opportuniste, en cas d’ouverture subite d’un marché par exemple, si la quantité de fonds ne nécessite pas l’intervention d’une entreprise de VC mais seulement d’un RBF par exemple.

En phase de croissance

L’objectif de l’association est de compléter les fonds alloués par une entreprise de capital risque.

Un financement via RBF permet de compléter l’apport d’un fonds de capital-risque sans diluer les capitaux de l’entreprise de manière excessive. L’association de VC et RBF permet ici au RBF de fournir un complément de financement.

Une levée de fonds via une entreprise de capital risque peut permettre par exemple de stabiliser les bénéfices d’une entreprise, qui remplira dès lors les conditions pour solliciter un financement RBF..

Ainsi, les avantages et les inconvénients respectifs des deux types de financements que constituent le Revenue Based Financing et le capital risque (VC) peuvent finalement se compléter. Associer ces deux financements peut se révéler être une stratégie gagnante aussi bien en phase d’amorçage qu’en phase de croissance.