Accueil
>
Financement
>
Comment les entreprises financent-elles leurs investissements ?

Comment les entreprises financent-elles leurs investissements ?

Le renouvellement du matériel, l’innovation et les nouveaux projets, le recrutement et la croissance… l’investissement est d’une importance cruciale pour toute entreprise. Comment les entreprises financent-elles leurs investissements ? Nous détaillons tout ce que vous devez savoir dans cet article.

Publié le

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

Mis à jour le

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

Pourquoi l’entreprise investit-elle dans divers projets ?

L’investissement est d’une importance cruciale pour n’importe quelle entreprise. Il peut aussi bien s’agir de l’investissement initial du commerçant pour acheter 

  • son fonds de commerce, 
  • des dépenses de recherche et développement (R&D) pour de l’investissement pour financer la croissance ou le recrutement dans une PME. 

Plus largement, la nécessité d’investir des entreprises s’explique par des besoins précis comme :  

  • le renouvellement du capital fixe
  • la modernisation des équipements
  • le développement de nouveaux produits ou service, 
  • ou l’augmentation de la capacité de production.

Pour suivre l’évolution des investissements, l’INSEE effectue trimestriellement une enquête auprès de milliers d’entreprises du secteur manufacturier disposant de plus de 20 collaborateurs. Une telle mesure permet l’évaluation des différents types d’investissements dans l’hexagone.

Le renouvellement des installations usagées

D'après l'étude, les entreprises françaises investissent en premier lieu dans le cadre du remplacement des équipements ou des installations usagés. Sur une moyenne de 2001 à 2020, ce poste d’investissement concentrerait ainsi 32 % des estimations de dépenses. 

Augmentation de la capacité de production

L’investissement visant à étendre la capacité de production vient en deuxième position avec une moyenne de 25 % des estimations de dépenses des entreprises. Il évolue en corrélation avec la croissance économique du pays et la compétitivité des structures. Le recul de la croissance économique en France se répercute ainsi automatiquement sur ce type d’investissement.

La modernisation et la rationalisation de la production

L’investissement de modernisation, qui a pour finalité de booster la productivité, se place en troisième position en termes d’investissement le plus important pour les entreprises françaises. En moyenne de 2001 à 2020, il représente en effet 22 % du total des estimations des dépenses d’investissement. 

Les autres investissements

Enfin, 21 % des estimations des dépenses d’investissement de 2001 à 2020 portent sur d’autres types d’investissements comme l’amélioration de la sécurité, la limitation de la pollution, etc. Les mutations qui marquent la structure de l’investissement trouvent leur essence dans la conjoncture économique en France, mais aussi dans les caractéristiques structurelles se rapportant à l’aptitude des sociétés à innover.

Comment financer un investissement ?

Nous l’avons vu, les investissements sont d’une importance cruciale dans un marché compétitif. Les entreprises disposent de plusieurs outils leur permettant de financer elles-mêmes leurs besoins d’investissement

L’autofinancement

L’autofinancement pour une entreprise consiste à recourir à sa propre trésorerie pour financer un investissement. Elle permet à l’entreprise de payer ses charges ou d’investir, et ce, sans faire appel à des financements externes à l’entreprise. L’autofinancement a toutefois une limite : une fois consommés pour un investissement, ces fonds doivent être reconstitués pour ne pas mettre en déséquilibre votre bilan.

Elle désigne l'ensemble des ressources brutes dont dispose l’entreprise à la fin d'un exercice, les excédents de trésorerie. La capacité d’autofinancement représente ainsi la capacité de financement interne d’une entreprise.

Comment calculer sa capacité d’auto-financement ?

Il est possible de calculer la capacité d’autofinancement de deux manières:

Capacité d'autofinancement = Excédent brut d'exploitation + Produits encaissables - Charges décaissables.

L'excédent brut d'exploitation (EBE) correspond aux ressources d’exploitation dégagées par l’entreprise au cours d’un exercice comptable. 

Les produits encaissés ou à encaisser sont les produits qui génèrent une entrée d’argent, comme par exemple les produits financiers et les produits exceptionnels. 

Les charges décaissées donnent lieu à une sortie d’argent et entraînent des dépenses pour l’entreprise, comme les taxes ou les salaires, par exemple.

Capacité d'autofinancement = résultat de l’exercice + charges calculées - produits calculés + valeur nette comptable d'éléments d'actifs cédés - produits de cession des éléments d'actifs.

Le résultat net correspond à la différence entre les produits et les charges de l'entreprise.

Les charges calculées représentent toutes les charges non décaissables, qui ne donnent pas lieu à une sortie d’argent. Il s’agit par exemple des charges d’amortissement ou des dotations aux provisions. 

Les produits calculés comprennent tous les produits non encaissables. Ces derniers ne donnent lieu à aucun mouvement de trésorerie, car ils ne représentent pas une entrée d’argent. Il s’agit par exemple des reprises sur amortissement.

Le crédit-bail

Le crédit-bail, aussi appelé « leasing », permet de financer à 100 % des équipements sans faire aucun apport. Ainsi, vous pouvez investir dans du matériel, tel qu’une voiture ou une machine de production, sans recourir au prêt bancaire. Il se distingue également des financements bancaires traditionnels puisque ces derniers se limitent souvent à 70 % du prix du bien financé.

De manière générale, le fabricant vend son matériel à une société de crédit-bail. Cette dernière met en location ce matériel à l’entreprise pour un temps déterminé. Les contrats de location peuvent comprendre un option d'achat, le prix de cession du matériel en fin de contrat est alors indiqué dans le document. Les loyers sont des charges déductibles du bénéfice imposable de l'entreprise et permet à l’entreprise de bénéficier d'un avantage fiscal.

Les biens financés en crédit-bail ne figurent pas au bilan de l'entreprise ce qui peut avoir comme avantage de limiter l'endettement apparent de l'entreprise. De plus, le matériel est remplacé sans frais en cas de défaillance pendant la durée du contrat. Il convient toutefois de faire attention au coût total du crédit-bail qui peut être supérieur à celui d'un prêt bancaire traditionnel.

Comment trouver un financement externe pour investir ?

Comment les entreprises financent-elles leurs investissements ? 
Trouver un financement externe pour financier les investissements de son entreprise

Lorsque l’entreprise se trouve dans l’incapacité de financer elle-même ses investissements, elle peut se tourner vers des solutions de financement externes.

Renforcer ses fonds propres

Afin de financer un investissement, l’entreprise peut procéder à l’apport des fonds propres des associés ou de l’entrepreneur. Cette dernière peut se faire en numéraire ou par abandon de comptes courants d’associé au profit de la société, en prévoyant une clause de retour à meilleure fortune permettant de récupérer les sommes abandonnées si la situation ultérieure de la société le permet.
 

Il est également possible de faire appel aux proches des entrepreneurs pour obtenir de la love money. Elle correspond généralement au premier recours pour un début de financement de création d’entreprise. Il s’agit de solliciter ses proches, famille et amis pour obtenir du capital sous forme de don ou d’augmentation du capital. Les donneurs bénéficient de réduction d’impôts et d’exonérations. Ce financement est rapide et potentiellement non-dilutif, mais nécessite d’avoir un entourage aisé.

Business angels et le capital risque

Les fonds propres pouvant être collectés par les entrepreneurs et leurs proches restent généralement très modestes. C’est pourquoi beaucoup d’entreprises se tournent vers des investisseurs en capital risque et business angels pour obtenir suffisamment de capital. 

Un Business Angel est une personne physique qui investit ses fonds personnels dans une entreprise.  Il s’agit généralement d’anciens entrepreneurs qui, s’ils disposent de moins de moyens qu’une société de capital-risque, apportent des conseils avisés ainsi que de précieux contacts issus de leurs carnets d'adresses. 

Les capital-risqueurs sont des investisseurs privés qui investissent leurs capitaux dans des start-ups ou des jeunes entreprises à fort potentiel en échange de titres de la société pour une période définie. 

Ces investisseurs apportent à la fois leurs apports financiers mais aussi leur assistance dans la gestion et le développement de l’entreprise grâce à leur expertise et leurs contacts. L’objectif de ces investisseurs est de réaliser une plus-value dans la vente des titres à horizon 5 ans

La dette bancaire

Afin de financer un investissement, le prêt bancaire a longtemps été la solution la plus incontournable. Afin d’obtenir un emprunt, il faut cependant que les associés effectuent un apport en fonds propres suffisant. Cet apport doit souvent représenter au moins 20% du financement global. De plus, des garanties seront demandées par l’établissement prêteur.

Les subventions

En France, l’État alloue un budget pour l’aide à la création d’entreprises. Les subventions peuvent prendre différentes formes : aides matérielles ou financières, allégements sociaux et fiscaux. Plusieurs organismes publics ou privés donnent des subventions pour la création d’entreprises. 

Les prêts d’honneur

Le prêt d’honneur, non-dilutif et à taux zéro, est un prêt régional plafonné à 90 000 €. Le receveur s’engage sur l’honneur à rembourser le prêt 3 à 5 ans après réception. 

Le crowdfunding

Certaines plateformes comme Ulule ou Hello Asso proposent un financement participatif reposant sur un système de collecte de dons ou de prêts. 

Le Revenue Based Financing

Karmen est la solution de Revenue Based Financing, un financement innovant basé sur les revenus futurs des entreprises C’est un type de financement dit non dilutif (il n’y a pas de cession de capital en échange) préconisé chez les startups, entreprises SaaS, e-commerce et tout autres types d'entreprises à revenus récurrents. 

Avec Karmen, les entreprises françaises bénéficient d’une solution de financement 100 % non-dilutif, digitalisée, et rapide. Votre éligibilité au financement est déterminée en moins de 48 heures. Connectez simplement vos comptes en lecture seule à l’algorithme de Karmen pour découvrir rapidement si vous êtes éligible ou non. 


L’offre Karmen est 100 % transparente et sans frais cachés. En cas d’éligibilité, les fonds sont débloqués dans l’immédiat. Pour en savoir plus, contactez-nous

Ainsi, les investissements sont nécessaires pour l’entreprise. Ils lui permettent en effet d’assurer sa croissance avec, entre autres, de nouveaux projets innovants, la modernisation de son équipement ou encore l’augmentation de ses capacités de production. Pour financer ses investissements, les entreprises peuvent piocher entre plusieurs solutions. Il existe une solution pour financer  de façon non-dilutive et rapide les investissements des entreprises à revenus récurrents : le Revenue Based Financing est la solution pour votre entreprise !

Rejoignez les entrepreneurs qui nous font déjà confiance

Je me fais financer